The Tomorrow People : les super-pouvoirs, les ados et moi.

Oui, oui moi. Je viens de lire une review (que je vous invite à découvrir) qui m’a donné envie de découvrir cette série. Le synopsis m’a un peu fait de l’oeil. Je m’explique : depuis Heroes, j’apprécie les séries (et les films) qui évoquent ces jeunes adolescents, souvent en marge de la société, qui se retrouvent face à un constat qui changera tout : ils ont des pouvoirs. En l’occurrence, dans Tomorrow People il s’agit de pouvoirs comme la télékinésie (cf Chronicle), la téléportation (coucou Jumper) et télépathie. Les « trois T », comme ils le disent. J’ai aussi envie d’ajouter à cette historique personnel Carrie, de Stephen King (livre et film), un des premiers films , mais aussi les films comme X-Men, I Am Number Four, The Prodigies, et même l’Effet Papillon. Vous l’aurez compris, j’ai regardé et aimé pas mal de ces films.

Je suis donc, logiquement, une spectatrice potentiellement acquise pour The Tomorrow People. La curiosité l’emporte, zou, les épisodes sont chargés, puis regardés. J’ai visionné l’épisode 1 et 2. Comme toujours, l’article est spoiler free, et si des fois je venais à gaffer, râlez en commentant.

Un groupe de jeunes gens appelés les « Tomorrow People » représentent la prochaine étape dans l’évolution de l’humanité : ils possèdent des pouvoirs, comme celui de communiquer entre eux par télépathie, de lire dans les pensées ou de se téléporter. Lorsque Stephen Jameson, un ado perturbé en pleine mutation, est recueilli par Cara et John, deux des siens qui maîtrisent déjà leurs capacités extraordinaires, il découvre l’histoire complexe de sa famille et son importance au sein de la guerre secrète qui oppose les « Tomorrow People » aux « ULTRA », un groupe qui veut les capturer pour le bien de l’humanité…

Le ton est donné, et oui, reconnaissons-le, quelque peu convenu. Rien de bien neuf à l’horizon : un jeune homme suit un traitement médicamenteux à base d’anti psychotiques et autres joyeusetés (provoquant des effets étranges et non des moindres sur le tube digestif – c’est le héros qui le dit), pensant que cela va endiguer les premières manifestations de ses pouvoirs. Effectivement, les médicaments ont un seul effet : entraver l’éveil de Stephen. Très rapidement, il réalise donc qu’il doit changer : pour cela, il accepte de reconnaître sa part d’étrangeté, il accepte de renoncer aux médicaments, et plus largement, il renonce donc à l’aide traditionnelle et faussée que lui apporte la société (via le discours des médecins, de la mère).

Stephen et Luke

Stephen et Luke

On a déjà un discours traditionnel et un peu usé : le marginal versus la société. Le déroulement de l’histoire nous prouve effectivement la récurrence de trames de fonds familières et banales : notre marginal doit prendre ses responsabilités et par là-même, choisir son camp. Eh oui, on est bon, ou on est mauvais. On n’a pas le droit d’être entre les deux. C’est en cela que se trouve la faiblesse de cette série : il n’y a – pour l’instant – aucune à part à l‘ambiguïté, aux hésitations, aux erreurs qui contribueraient pourtant à ajouter du potentiel à la narration somme toutefois traditionnelle, et oui, quelque peu usée.

Et là, bim, qu’est-ce qu’on retrouve ? Pour les gentils : un souterrain, une vie à l’écart des gens normaux – comme vous et moi – dans un espace fermé où les individus se comptent sur une poignée de mains (j’ai l’impression de me tromper dans cette expression, je suis fatiguée…). Oups  ! Je disais, des individus qui se comptent sur les doigts de la main. Ce qui nous donne une petite communauté, fermée sur elle-même et peu encline au changement ou à l’évolution. Je dirai même, si notre Stephen n’était pas arrivé, la petite communauté souterraine serait dans une phase peu intéressante de stagnation complète.

Stephen et sa seule amie "normale"

Stephen et sa seule amie « normale »

Du côté des méchants, forcément, on a droit à une infrastructure à l’architecture voulue comme étant impressionnante, les individus y déambulent dans des costumes noirs soigneusement taillés et arborent des lunettes aux verres fumés. Les « Ultra » agissent sous couverture, la raison de leur entreprise étant la recherche bio-je-ne-sais-plus-quoi (amnésie bonjour). On a donc une institution qui est finalement une ramification isolée et secrète qui tend à l’annihilation de tout individu présentant des pouvoirs.

Ultra : illustration

Ultra : illustration

Par la même, les relations qui s’établissent entre nos différents protagonistes sont attendues et ne relèvent que de très peu de subtilité. Aussi, on retiendra notamment plusieurs thématiques qui m’intriguent et qui pourraient me donner envie de continuer la série :

– l’évolution de Stephen : je sais, c’est bateau, mais je pense que c’est une des potentialités narratives les plus intéressantes, si elle est bien exploitée, évidemment. Pour l’instant, dans l’épisode 2 notamment, on peut déjà deviner un certain degré de répétition (et donc, d’ennui) dans la mesure où Stephen, (qui travaille pour *****) va être amené à récolter (ou pas) les individus comme lui. Et je vois déjà toute une palette de personnages ayant des pouvoirs se succéder à tout va et disparaître aussi vite qu’ils sont apparus, sans pour autant faire avancer l’histoire. J’espère me tromper.

Je crois qu'il y a quelque chose qui ne passe pas...

Je crois qu’il y a quelque chose qui ne passe pas…

– le parcours de Luke : on apprend qu’il a fait partie des ULTRA, sans avoir plus de détails. Et je veux savoir ce qui lui est arrivé, ce qu’il a pu faire, et comment il choisit de se réorienter (on dirait une conseillère d’orientation…). Parce que j’ai comme l’impression qu’il pourrait être intéressant…je m’attends à un renversement de sa part (changement de camp, trahison) ou à sa mort éventuelle en sauvant quelqu’un.

En guise de conclusion, si vous aimez ce genre de thématique, et si vous avez aimé les différents films et séries évoqués plus haut, je vous invite à découvrir The Tomorrow People, en espérant qu’elle ne se tire pas une balle dans le pied, si je puis me permettre cette expression.

A la prochaine !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s